Nicolas Henry

  • Nicolas Henry - 0 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 1 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 2 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 3 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 4 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 5 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 6 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 7 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 8 - Loft Art Gallery

Issus de la série les cabanes imaginaires autour du monde, les clichés de l’artiste Nicolas Henry nous entraine aux quatre coins de la planète dans des mises en scène soigneusement construites à l’aide d’objet du quotidien.

L’artiste aborde ici des thèmes universels tels que l’enfance et l’adolescence face à l’histoire, la place des femmes et le droit de choisir, la discrimination, l’écologie, la liberté et la mort.
Pour lui, le projet s’est rapproché au fil du temps de celui d’un théâtre itinérant. Les installations de grands formats sont réalisées en extérieur avec l’aide d’une partie du village ou du quartier. Ces héros d’un jour montent sur scène, acteurs de leur propre histoire, la parole s’élève pour créer un dialogue avec l’ensemble de leur communauté.
Ce projet a reçu le prix POP CAP 2016 de photographie africaine et le prix Méditerranée du livre d’Art 2017.

  • Nicolas Henry - 0 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 1 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 2 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 3 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 4 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 5 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 6 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 7 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 8 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 9 - Loft Art Gallery
  • Nicolas Henry - 10 - Loft Art Gallery

Parallèlement à une carrière d’éclairagiste et de scénographe dans le spectacle, Nicolas Henry a parcouru le monde en tant que réalisateur pour le projet « 6 milliards d’autres » de Yann Arthus-Bertrand. Il en a également assuré la direction artistique  lors de l’exposition au Grand Palais à Paris.
Curieux et attentif à son prochain, l’artiste Nicolas Henry se définit lui-même comme un passeur de paroles et fait sienne la maxime de Théodore Monod « je suis les liens que je tisse ».
Pour lui, la photo est un prétexte pour créer des œuvres esthétiques à l’émotion forte. C’est aussi et surtout un prétexte pour raconter le monde.
Ainsi, en 2010, il entreprend une série de portraits des ancêtres du monde entier qu’il regroupe à l’intérieur du livre «Les cabanes de nos grands-parents » publié aux Editions Actes Sud en 2011. Des Andes au Japon en passant par la Jordanie, la Russie ou encore la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Nicolas Henry nous emmène aux quatre coins du monde, tant à l’intérieur de vastes métropoles que dans des endroits reculés à la rencontre des grands-parents du monde entier.
Plus tard, il poursuit cette démarche en réalisant les clichés regroupés dans son livre «Contes imaginaires autour du monde – World’s in the making» publié en 2016 aux Editions Albin Michel. Nicolas Henry reçoit le prix Méditerranée du livre d’art pour cet ouvrage en 2017.
Les mises en scène de Nicolas Henry n’ont rien du reportage. L’artiste emprunte à l’univers baroque du chiffonnier pour construire son décor qui est invariablement obtenu à l’aide d’objets du quotidien et d’éléments de récupération trouvés sur place.
La construction de l’espace de la prise de vue puise dans le monde de l’enfance en créant des espaces symboliques : un tapis devient la mer, une bouteille une montagne etc. au gré de l’imagination de l’artiste. Très inventif, Nicolas Henry pose le cadre de sa photographie comme un peintre construit son tableau et met en scène l’histoire des personnes qu’il rencontre au fil de ses pérégrinations. Il nous entraîne avec lui à travers le monde.

Son dernier projet d’envergure exposé en plein air sur la place du Palais-Royal à Paris lui a été commandité par la Fondation Emmaüs à l’occasion de ses 70 ans. Le projet raconte à travers les images de l’artiste le parcours de dix-sept personnages marquants de la communauté Emmaüs. Dix-sept tableaux pourrait-on dire racontés à l’aide de milliers d’objets Emmaüs qui viennent témoigner de la vie d’une poignée de personnes considérées comme marginaux par la société. Nicolas Henry nous raconte l’histoire extraordinaire de ces héros ordinaires avec poésie et pudeur.

EXPOSITIONS PERSONNELLES

2018

Festival de Littérature de Jaipur, Inde

Château de Carrouges – Domaine national du Mont Saint Michel

2017

DuSable Museum of African American History, Chicago

2016

Parcours extérieur sur la coulée verte de Nice, Centre dramatique national de Nice.

« The Noa Arck », exposition permanente à « The Farm », Collection Ritou and  Surya Singh, Jaipur, Inde

« The Tikihawa Chandelier », installation d’un mobile géant pour l’architecture du lycée français de Chicago

Contes autour du monde, parc de champagne Reims

Contes autour du monde, Médiathèque et cité des sablières, Neuilly sur Marnes

2015

Parcours d’une centaine d’images dans la ville de Bonifacio, Corse

Exposition pour la COP 21 mixant photographie et performance avec la compagnie de cirque SHAM,  Le Bourget

Galerie Jinsun, Corée

2014

Domaine National de Saint Cloud et Musée des Avelines

12 Drouot, à l’occasion de Paris-Photo.

Musée Goeun de la photographie de Busan, Corée du sud

Alliance française de Daejeon et de Gwanju, Corée du sud

2013

Ark Galerie, exposition extérieure dans le quartier historique de Patan, Népal

Espace de l’ENCRE, Cayenne, organisé par la région Guyane

2012

Exposition en Gare d’Avignon TGV organisée par Gare et connexion

Galerie 1164, Paris

2011

« Wall for » projection d’images géantes sur les falaises de Cassis

2010

Projection à la Fondation d’entreprise Ricard et au  Palais de Tokyo

EXPOSITIONS COLLECTIVES

2018

Ile de Gorée, Sénégal, à l’occasion de la biennale de Dakar

Festival de la Luz à Buenos Aires, Institut français, Argentine

Festival Paraty em Foco, Institut français de Rio de Janeiro au Brésil

Promenades photographiques de Vendôme

2017

« Vers L’autre », Commissariat Blandine Roselle, Maison Populaire – Montreuil

« Les aventures de Supershaktiman », tournée au Maroc dans les instituts français

2016

« Tear My Bra », Rencontres internationales de la photographie, Arles

Nuits des images, musée de l’Elysée, Suisse

Prix POPCAP’16 pour la photographie contemporaine Africaine

« Chroniques Nomades », Abbaye Saint Germain, Auxerre

2015

Biennale Urbi & Orbi, Sedan

2014

Lagos Photo Festival, Nigéria

Centre culturel André Malraux, résidence la Capsule, Le Bourget

Espace culturel Maurice Utrillo, Pierrefitte

Château de la doucette, Drancy

2013

KG+, festival off de Kyotographie, Kyoto, Japon,

Espace culturel Municipal Michel Simon, Scène de théâtre de Noisy le grand

2012

Installation plastique, Rencontres Internationales de la photographie d’Arles

Eglise Sainte Catherine et Eglise Saint André, Lille

Mois Européen de la Photographie, Eglise St Merri, Paris

Biennale d’architecture de Bourgogne, Prieuré de la Charité sur Loire,

Festival Photsoc, Sarcelles.

2011

Festival Photomed, Sanary

Festival Peuple et Nature, La Gacilly